BeMyGirl Logo
Réservé aux adultes

En cliquant sur "J'ai plus de 18 ans", vous confirmez être majeur et acceptez les conditions générales d'utilisation (notamment que le contenu est privé et que vous vous exposez à des poursuites pénales en cas de diffusion en dehors de la plateforme)

Quitter le site

Envie de culture?

Nobuyoshi Araki

Né à Tokyo en 1940.
Vit et travail à Tokyo.
 

"La notion de pudeur et de pornographie ne sont pas les mêmes au Japon et en Occident, montrer ses sentiments peut être plus provoquant que d'exhiber des représentations de bondages"

Nobuyoshi Arākī アラーキー  qui évoque en japonais le mot « anarchie » (anākī) étudie à l'Université de Chiba et devient ingénieur en photographie et metteur en scène de cinéma en 1963. Il débute sa carrière comme photographe dans l’agence de publicité Dentsu. Dès 1964, il reçoit le prix Taiyō pour « Satchin », une série de photographies d’enfants.

Considéré comme étant le plus grand photographe japonais vivant, Araki est reconnu pour ses clichés qu’il publie principalement sous la forme d'ouvrages (plus de 350 en tout). Sa collection phénoménale confère à chacune de ses oeuvres une esthétique qui leur est singulière tout en jouant sur les différents formats et couvertures.

Si l'artiste a contrarié à plusieurs reprises les médias et son gouvernement c'est en grande partie à cause des photographies à caractère érotique. Les femmes aux poils pubiens généreux et visibles le captivent et il cherche à immortaliser et représenter cette fascination pour le désir au travers ses impressions sur papier glacé.

Il réalise de nombreuses photographies de nus mettant en scène la pratique du Kinbaku, un art ancestral japonais. Cela consiste à ligoter une personne par un jeu de nœuds complexes. Souvent rapproché à tort du bandage, les corps de ses modèles sont maintenus dans des positions suggestives, mais le visage et le regard des femmes restent stoïques. Il n’y a  ni extase, si soumission qui ne s'en dégagent. Certaines photographies sont peintes, mais les portraits des femmes n'en sont pas moins sensuels.

Eros et thanatos (le sexe et la mort) a été un thème central dans le travail d'Araki. Une fascination constante pour les organes génitaux féminins et le corps des femmes dans le bondage japonais, les fleurs, la nourriture, son chat, les visages, les prostituées et les scènes de rue de Tokyo.

Ses expositions personnelles comprennent notamment: La fondation cartier, The Barbican Art Gallery, le Tokyo Metropolitan Museum of Photography, La fondation Pinault, le Fotomuseum à Wintherthur.

 

6238c10395742.jpg

Untitled (from Bondages)
1998 
Tirage à la gélatine argentique
72,39 cm × 92,71 cm 
Signé au crayon au verso
© copyright Araki